Photo de l'établissement

Isla Verde

Santa Cruz La Laguna, GUATEMALA
Hébergement
Cette adresse n'a pas encore été testée par un voy'acteur, mais a été dénichée par voyagir. Si tu l'as visitée, tu peux compléter cette fiche via le bouton "J'ai essayé !" en bas à droite !

Un hôtel permaculturel, une démarche écologique sincère, une hôtesse espagnole, une vue imprenable sur le très prisé lac Atitlán, du charme, du confort, du yoga, de l’élégance, un goût incroyable… Et on ne vous a pas encore tout dit.

De façon générale, la Isla Verde est un lieu pensé pour s’adonner aux plaisirs simples tout en respectant la nature. Bien manger, se détendre, paresser, méditer, s’émerveiller de la nature … Ana, l’hôtesse propose de nombreuses activités dans ce sens : massages, shiatzu, bain avec vue sur le ciel étoilé, sauna maya, initiation aux plantes médicinales et aux thérapies florales, yoga et méditation : des activités qui invitent à la lenteur. Mais aussi, des activités qui invite à l’aventure : paddle, randonnées, visite des communautés locales, ascension des volcans, kayak… Côté cuisine, le restaurant de l’Isla Verde se revendique de la slow food. Toujours la même logique du respect de l’éthique et du plaisir en même temps, de l’écologie et de la gastronomie. Le tout avec élégance.

Démarche Responsable

Vous l’aurez compris ici plaisir et écologie riment.

GESTION DES RESSOURCES : EAU et ENERGIES
Des panneaux solaires aident à produire l’énergie pour illuminer les lieux et chauffer l’eau. Celle-ci est traitée naturellement par double filtrage - plantes et pierre – pour les douches et triple filtrage - sable, charbon actif, UV – pour l’eau potable. Cette dernière est mise en libre-service afin de ne pas avoir à acheter de bouteilles d’eau. N’oubliez pas vos gourdes ! Par refus du plastique, l’hôtel ne vend pas de bouteilles d’eau ou de sodas. Les eaux grises sont ensuite utilisées pour le jardin. L’hôtel est auto-suffisant et l’usage du plastique y est évité.

RECYCLE, REUSE, UPCYCLE…
Dès le début, une démarche globale de réusage a été engagée. Par exemple, les pierres exhumées lors des travaux de terrassement ont été réutilisées pour borner les espaces jardins ou former le chemin. Divers objets ont été récupérés dans des maisons vouées à la destruction, notamment des lavabos, des portes, des fenêtres. Les bouteilles consommées au restaurant sont conservées en vue d’usages ultérieurs : luminaires, jardinières…. Les coussins du salon et des terrasses sont des tissus traditionnels transformés et fourrés de vêtements usés. Une barque de pêcheur retrouvée, puis arrangée, est à présent une balançoire dans le jardin. Enfin, tous les déchets organiques sont utilisés dans le compost qui fertilise les jardins, l’herbier et le potager.

ACT LOCAL
En majorité, à l’exception de bambous importés de la côte, les matériaux ayant servi à la construction viennent du lieu ou des environs. Par ailleurs, 90% des produits du restaurant proviennent des potagers de l’hôtel et des arbres fruitiers, du marché du village voisin ou de la ferme bio de Tzununa. Seules les bouteilles de vin sont importées.

Cette adresse a été partagée le 19/12/2017 par voyagir .

DONNE TON AVIS


Pour donner ton avis tu dois être connecté.