L’Equateur : 3 expériences inoubliables

Revenus déjà depuis 2 semaines en France, il est temps de vous raconter nos dernières semaines de voyage. Et quelles semaines ! Le tout se passe en Equateur et pourtant, nous n’avons pas vraiment visité l’Equateur. « Mais qu’est-ce qu’elle raconte ? Ils étaient en Equateur ou pas ? ».

Oui, nous avons passé presque 2 mois sur le territoire équatorien. Mais, nous n’avons vu qu’une infime partie de l’Equateur, alors que nous avions sillonné presque toutes les régions du Panama et de la Colombie. Plutôt que de parcourir tout le pays, nous avons choisi d’y vivre 3 expériences uniques. 3 expériences inoubliables qui nous ont vraiment marqués. Une façon de voyager qu’on réitérera c’est certain. Quant à l’Equateur, il nous reste encore beaucoup de lieux à y découvrir, et on ne peut que souhaiter y retourner très vite.

Découvrez 3 des expériences les plus inoubliables de notre voyage.

Faire un volontariat dans un rescue center au cœur de l’Amazonie

Si je devais choisir une expérience à vivre et revivre de tout ce voyage, et peut-être même de tous mes voyages, ce serait celle-ci.

Faire du volontariat dans un rescue center* était un de nos rêves. Nous l’avons fait et l’expérience a dépassé nos espérances. Nous avions choisi Merazonia qui nous a paru le plus sérieux, et nous avions prévu d’y passer 2 semaines.

Finalement, nous y sommes restés un mois. Evidemment, je dédierai un article entier à cette expérience, voire peut-être plusieurs, tant il y a à dire et tant l’expérience fût bouleversante. Mais pour vous faire patienter, voici déjà quelques images…

Crédit Photos : Rachel Vautrin

Si cette expérience fût si marquante c’est bien sûr en raison des animaux mais pas seulement.

Il est également incroyable de passer un mois dans la jungle (je vous ai déjà dit que j’étais arachnophobe ?). Quelque chose que j’avais déjà fait au Panama il y a 5 ans et adoré. La jungle est un endroit unique où il est impossible de ne pas se sentir connecté à la nature. Le silence est tel que le bruit de la nature y est assourdissant. C’est aussi un lieu, loin de tout, où il faut retourner aux basiques et cela fait beaucoup de bien au corps, au cerveau, à l’âme et aux relations humaines également.

Parce que, si on est là pour s’occuper des animaux, on ne le fait pas seul. C’est une communauté de volontaires qui est présente et il faut vivre avec. Et c’est le troisième volet magique de cette expérience : vivre en communauté ! Jusqu’à 25 personnes parfois… Ensemble tout le temps, ensemble pour travailler, cuisiner, manger, et boire aussi, et faire les corvées, car il y en a, et ça n’est pas de tout repos !

Et bien sûr, au sein de cette communauté on rencontre des personnes incroyables. Entre ceux qui dédient leur vie aux animaux et ceux qui, comme nous, leur dédient un bout de voyage, de belles amitiés se créent.

Nager avec les requins marteaux et les otaries aux Galapagos

Après 1 mois à Merazonia, il nous fallait forcément quelque chose d’incroyable à vivre pour marquer le coup. Sinon, vous l’aurez compris, j’y serais restée (heureusement qu’on avait déjà nos billets de retour 😉). Rien ne pouvait mieux tomber que nos 10 jours aux Galapagos, prévus depuis le début pour finir le voyage en beauté. Un rêve de toujours pour des amoureux de la faune comme nous.

Et c’est bien ça qui est incroyable aux Galapagos : la rencontre d’animaux, souvent endémiques, et peu farouches (les espèces endémiques n’ont pas encore eu le temps de s’effrayer de l’humain). Parmi les animaux les plus marquants : les requins marteaux et les otaries, mais aussi des tortues de terre géantes, des iguanes marins, des crabes rouges magnifiques, des tortues de mer, des fous à pieds bleus, des requins à pointes blanches, des requins à pointes noires, des requins des Galapagos, des poulpes, des poissons soleil, perroquet, boîte, damoiselle,… 9 espèces de pinsons… et j’en passe.

Une expérience que nous n’oublierons pas et dont on vous reparlera plus en détails**, mais qu’on vous fait découvrir en photo ici.

Crédit Photos : Marine de Beaufort

Faire une rando autour d’un volcan depuis l’auberge la plus engagée d’Equateur

Enfin, j’ai souhaité vous parler ici du Black Sheep Inn et du Quilotoa. Le premier est une auberge où nous avons séjournés 2 jours juste avant de nous rendre dans l’Amazonie et d’où nous avons pu voir le second. Le Quilotoa, est un volcan situé à 3914 mètres d’altitude, dont la dernière éruption remonterait à 1859. En son cratère s’est formé un lac que les croyances locales veulent sans fond.

Ce qui fait de cette expérience un moment inoubliable, c’est la beauté du paysage du Quilotoa, associé à un phénomène magique :  sa disparition derrière les nuages, en à peine quelques minutes.

 

Crédit Video : Mathieu Chevalier – Crédit Music : Airship Thunderchild by Otto Halmen

Et oui, ce qu’on voit dans cette vidéo ce n’est pas du brouillard, ni des vapeurs d’eau émanant du lac, mais bien les nuages qui nous traversent. Un pur moment de magie, après lequel il a été difficile de retrouver son chemin.

Mais ce qui a été encore plus inoubliable pour moi, c’est cet établissement, le Black Sheep Inn. Sans doute l’un des plus engagés dans lesquels j’ai eu la chance de séjourner. Et même dont j’ai entendu parler (or, vous imaginez bien que j’en entend parler de nombreux, très nombreux. Rien que sur la plateforme voyagir.org avec nos 500+ adresses, et bientôt les 1200  en attente de chargement…). C’était donc pour moi une expérience unique de découvrir ce modèle de responsabilité sociale et environnementale. Retrouvez le ici.

*Dans un rescue center, des animaux sauvages blessés, ayant été en captivité illégale ou ayant été trouvés trop proche d’habitations humaines, sont soignés dans le but de pouvoir être relâchés à court, moyen ou long terme, selon l’espèce et l’état de l’animal. Certains individus ne peuvent pas être relâchés, pour différentes raisons. Dans ce cas le rescue center cherche à créer les meilleures conditions et les plus naturelles pour que l’animal puisse passer le reste de sa vie en captivité. Certains rescue centers sont spécialisés dans des espèces, d’autres sont généralistes. On notera également que certains rescue centers sont des couvertures de zoo, donc il faut toujours bien se renseigner avant de se lancer dans un volontariat. Nous prévoyons un article sur ce sujet, afin de vous aider à trouver le rescue center de votre prochain voyage.

 **Notamment car il y a de vrais problèmes écologiques à prendre en compte si vous souhaitez vous rendre aux Galapagos. Des points que nous tenterons de résoudre dans un article dédié, car bien que ce fût sans aucun doute une expérience merveilleuse cela a aussi été parfois une expérience douloureuse de prise de conscience. Nous avons de ce fait parfois douté d’avoir fait le bon choix en répondant à notre envie de découvrir les Galapagos.

VOYAGIR ?

logo-voyagir


VOYAGIR c'est une plateforme collaborative où tu peux partager des adresses engagées pour un monde meilleur et découvrir les adresses partagées par les autres.

Et c'est aussi ce blog pour t'aider, t'expliquer et t'inspirer à voyager de manière responsable

QUI SUIS-JE ?

Marine


Marine, bientôt 32 ans, je suis la fondatrice de VOYAGIR qui est né de ma passion pour les voyages et de ma certitude que le Tourisme est le meilleur outil du développement durable.

INSTAGRAM

Marine de Beaufort, Founder et CEO de Voy'Agir

Sans oublier de voyager, de profiter de la vie et de répandre sa passion et ses convictions, pour pouvoir vous en parler, Marine mène sa barque pour développer Voy’Agir contre vents et marées, portée par sourires, soutiens, persévérance et son incroyable entourage. Marine est la fondatrice de Voy’Agir qui est né de son goût pour les voyages et de sa certitude que le Tourisme est le meilleur outil du développement durable.

Share This