par | Oct 8, 2018 | Voyager sans partir

Partir au What a Trip Festival

Des livres, des films, de la musique, des goûts, des visages, des rencontres, des détails, des odeurs… Il n’en faut souvent pas beaucoup plus pour voyager… 

Au cœur de Voy’Agir, il y a la conviction que voyager est source d’ouverture d’esprit, de prise de conscience, et de bonheur. La conviction que voyager peut être vecteur de paix et bénéfique pour la planète. La conviction que rien ne sert de s’interdire de voyager, il faut voyager responsable. Mais, il n’empêche que nos déplacements ont un impact… Du coup, voyager sans partir, voyager en restant ici, voyager en restant chez soi… c’est une manière de voyager avec une empreinte carbone super réduite. Dans le genre slowtourism, on fait difficilement mieux….

Ce que j’aime dans cette idée, c’est que voyager sans partir, c’est aussi l’opportunité de voyager encore plus souvent !  

Et c’est donc pour ça que cette année j’ai passé du temps sur le What A Trip Festival. Une occasion géniale de Voyager Sans Partir, que je suis fière de pouvoir partager, autant en tant que partenaire, qu’amie des organisateurs et tout simplement voyageuse. 

Le Festival

Un Festival de Voyage

Le What A Trip Festival, c’est un festival de film d’Aventure et de Voyage, le premier à Montpellier. Et cette année, ce n’est que la seconde édition. Pourtant ce que l’équipe bénévole a réussi est incroyable ! En plus d’avoir multiplié par 4 le nombre de festivaliers : passant de 9000 à 40 200 en un an; ils ne se sont pas contentés d’un festival de film. Ils ont créé, autour de cette compétition de films d’aventure, un festival de voyage complet avec :

  • 1 VILLAGE pour déguster, découvrir, écouter, apprendre et VOYAGER ;
  • 10 EXPOS PHOTOS réparties un peu partout en ville ;
  • 15 CONFÉRENCES (dont une où j’intervenais) ;
  • 14 ATELIERS dont 8 que je voulais faire…
  • 21 FILMS dont 13 en compétitions, et tous suivi d’un temps d’une rencontre avec producteurs et/ou aventuriers ;
  • 7 CONCERTS, et 1 BAR …

Yoga

Les Kadors

Rencontre avec James de Dug Out

13 films en compétition pour le Wat Montpellier 2018

En ce qui me concerne, je n’ai pas pu tout voir. D’ailleurs vu le programme, très complet, je ne pense pas que cela soit possible. Je n’ai assisté qu’à 4 projections (dont 2 en compétition qui ont remporté des prix – j’avais bien choisi) et 3 Conférences. J’ai loupé tous les ateliers, parce que bien que gratuits il fallait s’inscrire et tout était complet. Pourtant “la création de bijoux ethniques” et “Dessiner son voyage” ça me tentait vraiment bienµ. Je n’ai vu qu’une seule expo et qu’un seul concert. Par contre, j’ai animé une conférence, et un apéro blogueuses sur le stand de Bed y Casa et Ready to Go – ça c’était vraiment chouette. 

L’année prochaine je voyagerai encore plus !

Un Festival de voyage responsable ???

Par ailleurs, même s’il ne s’agit pas d’un Festival de Voyage Responsable, on sent bien que la sensibilité à ce sujet transcende tout le festival :

Côté Conférences :

  • On commençait avec une première Conf sur le Marketing du Territoire avec pour invités la CCI et … VOYAGIR, afin d’être sûr de ne pas oublier l’importance du Tourisme Durable quand on traite du sujet ;
  • La 2ème Conf étudiait la question de la RSE et de la solidarité ;
  • Le samedi avait lieu une conférence sur le tourisme équitable & Solidaire et une autre sur “Ma trousse Médicale de voyage Naturelle”
  • Et le dimanche une conférence sur “la création artistique en situation de conflit” et “la traversée du Cambodge en Bibliobus”

Côté Projections :

  • Le premier film “Capitaine de l’Utopie” se passait à bord d’un voilier en direction du Groenland où artistes, sportifs, femmes et enfants malades embarquaient.
  • Le premier film du Samedi, “Dug Out” parlait de la découverte du mode de vie des communautés Huaorani en Equateur et de leur tradition de fabrication de pirogue ;
  • Le Grand Saphir” présentait le récit de plusieurs initiatives citoyennes contre la pollution plastiques des océans ;

Et côté Village ont été bien servi aussi puisque :

  • Le CaféTruck Stretto proposait du Café Bio;
  • Des ecocups étaient disponibles sur consigne (1€) pendant les 4 jours;
  • Les foodtrucks proposaient de nombreuses options végé.

Bien sûr il y a encore des améliorations à apporter, mais pour un Festival qui n’est pas ouvertement un festival de voyage responsable, j’étais plutôt très contente.

D’ailleurs en reprenant l’Edito de Romain (le Président) on retrouve bien cette idée dans ses mots :

“le voyage, sous toutes ses formes, n’appelle qu’à une obligation, de toutes et de tous, le RESPECT DE L’AUTRE. Des peuples, des communautés, de l’environnement, des cultures, tout simplement. »

MON VOYAGE

Ce que j’ai adoré pendant ce festival, c’est que le temps d’un week-end j’ai voyagé. Et j’ai voyagé loin, dans des contrées que j’aime. J’ai aussi voyagé dans des contrées où je ne m’aventurerai pas forcément moi-même…

Si on fait le Bilan :

  • J’ai fait le Tour du Monde (à la voile au côté de François Gabart, lorsqu’il pulvérisait le record du tour du monde en solitaire) ;
  • J’ai traversé l’Amazonie avec James et Benjamin sur une Pirogue dans DugOut ;
  • J’ai re-découvert l’incroyable patrimoine d’œnotourisme de l’Herault et nos exploits nautiques, toutes les possibilités de visites et d’expérience que nous offre notre territoire au côté de la CCI ;
  • J’ai traversé la Méditerranée à la nage dans le Grand Saphir;
  • puis l’Atlantique avec Kito de Pavant et Jon Chodkiewiez dans Frères de Mer
  • et j’ai fait quelques escales à Mada, au Bénin, au Maroc, avec Experts-Solidaires et une escale au Japon avec l’exposition de Frédéric Georgens.

Dug Out - Traversée de l'Amazonie en Pirogue

Photo Vinyard by Sven Wilhelm on Unsplash

Le Grand Saphir

Plutôt pas mal en un week-end, non? C’est la beauté de ce genre de festival et de bien d’autres activités qui peuvent faire voyager sans partir. Et quand on a compris ça, il devient beaucoup moins frustrant de ne voyager qu’une fois par an, mais longtemps, pour réduire l’empreinte carbone de ses voyages. D’autant plus que le vrai voyage, c’est celui où l’on prend son temps…

Alors ça vous dit de voyager sans partir? Quelle est votre prochaine non-destination ?

VOYAGIR ?

logo-voyagir


VOYAGIR c'est une plateforme collaborative où tu peux partager des adresses engagées pour un monde meilleur et découvrir les adresses partagées par les autres.

Et c'est aussi ce blog pour t'aider, t'expliquer et t'inspirer à voyager de manière responsable

QUI SUIS-JE ?

Marine


Marine, bientôt 32 ans, je suis la fondatrice de VOYAGIR qui est né de ma passion pour les voyages et de ma certitude que le Tourisme est le meilleur outil du développement durable.

INSTAGRAM

Marine de Beaufort, Founder et CEO de Voy'Agir

Sans oublier de voyager, de profiter de la vie et de répandre sa passion et ses convictions, pour pouvoir vous en parler, Marine mène sa barque pour développer Voy’Agir contre vents et marées, portée par sourires, soutiens, persévérance et son incroyable entourage. Marine est la fondatrice de Voy’Agir qui est né de son goût pour les voyages et de sa certitude que le Tourisme est le meilleur outil du développement durable.

Share This